Rapport Spinetta : Quel avenir pour la gare TGV Haute-Picardie ?

Le rapport Spinetta note la grande importance, économique et écologique, du Train à Grande Vitesse en France. Il note ainsi par exemple que :

« Un voyageur en TGV émet cinquante fois moins de CO2 par kilomètre parcouru qu’en voiture, vingt-cinq fois moins qu’en covoiturage, et huit fois moins qu’en bus ».

Cependant, il suggère aussi une réduction du nombre de dessertes TGV, pour des raisons de rentabilité.  Il précise :

« Dans certains cas le principe même de desserte par un TGV ne semble pas rationnel et il conviendrait d’envisager une meilleure articulation entre les services régionaux et nationaux ».

Il nous semble donc important de connaître l’avenir que l’Etat et la SNCF souhaitent réserver à la gare TGV Haute-Picardie. Selon le rapport Spinetta :

La « zone de pertinence économique » du TGV, ce sont « les dessertes de très grandes agglomérations avec des trajets durant jusqu’à trois heures ».

La gare TGV Haute-Picardie répond-elle à cet objectif grâce à la desserte du pôle métropolitain d’Amiens et de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin ?

Nous espérons que l’Etat et la SNCF nous diront rapidement leurs intentions concernant le maintien ou non de cette gare.

L’Autan défend quant à elle deux mesures pour améliorer efficacement le raccordement de l’Aisne et de la Somme au réseau national à grande vitesse :

  • Raccorder le réseau TER et le réseau TGV en Haute-Somme, via une nouvelle liaison par voie ferrée (ou, à défaut, par car) entre la gare TER de Chaulnes et la gare TGV Haute-Picardie ;
  • Mettre en place des liaisons TER régulières entre Saint-Quentin et Roissy, lorsque le barreau Roissy-Picardie sera construit.

Quelles que soient les décisions prises, il faut en tous les cas impérativement que soit préservée, voire améliorée, la mobilité des habitants de l’Aisne, de la Somme et des alentours. Les usagers qui recourent habituellement à la gare TGV Haute-Picardie pour des raisons professionnelles et de loisirs ne doivent pas subir une dégradation de leur accès au réseau TGV.

Ainsi, nous serons attentifs à ce que les départements de l’ex-Picardie ne deviennent pas des zones encore davantage enclavées, alors que leur position géographique nationale et internationale devrait au contraire faire de ces territoires des lieux particulièrement bien desservis en termes d’infrastructures de transport.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s